Développement

Walker propose de créer un mouvement pour unir les Albanais de l’étranger

L’américain connu pour être le plus grand dénonciateur à l’échelle internationale des massacres serbes au Kosovo, William Walker, est arrivé à Zürich par le même avion que le président du Kosovo, Hashim Thaçi, mais ils n’ont pas échangé un mot. Lors de l’anniversaire du massacre de Reçak, William Walker a refusé d’être décoré de la main du Président.

Il a admis ne pas avoir de bonnes relations avec le président Hashim Thaçi et a dévoilé se sentir très déçu du Premier ministre, Isa Mustafa. Le Kosovo, selon l’ancien chef de la mission d’observation de l’OSCE est en train de s’égarer en choisissant les mauvais leaders. Il respecte les institutions du pays, mais pas les gens qui les mènent, rapporte albinfo.ch. Déçu de tout ce qui s’est passé au Kosovo au cours des huit dernières années, l’ancien ambassadeur américain auprès de l’OSCE a déclaré que désormais il a tourné son regard vers la diaspora.

En tant que non-Albanais mais étant respecté par beaucoup de ses membres, il pense avoir la meilleure chance d’unir les Albanais du monde entier. « En tant qu’ami et inspiré par les nombreuses personnes frustrées parmi la communauté albanaise, j’ai décidé de m’engager sérieusement dans un projet visant à améliorer et étendre l’influence de la diaspora dans les pays dont la majorité est originaire : l’Albanie, le Kosovo, la Macédoine, le Monténégro et la région de Presevo », a-t-il déclaré lors d’une réunion avec les migrants albanais tenue dans le centre culturel du Kosovo à Zürich.

Les problèmes sont grands et il faut du temps pour les résoudre

Pour commencer, il a proposé de créer un mouvement qui unira tous les Albanais vivant à l’étranger, en leur demandant « d’oublier les différences et les divisions qui affligent la diaspora. Le mouvement se composera d’Albanais, indépendamment de leur origine, de leur appartenance religieuse ou de leurs engagements politiques. Le mouvement sera complètement apolitique », a déclaré Walker, en recherchant le soutien de la diaspora.

Il dit qu’avec cette alliance large les Albanais auront un poids politique fort pour faire entendre la voix de la diaspora en accord avec la légalisation et l’utilisation du droit de vote pour les Albanais vivant à l’étranger.

« Nous occuperons les sièges réservés dans les parlements aux représentants de la diaspora, en conformité avec les contributions de la diaspora au profit de leur pays », a dit Walker, discutant avec des expatriés réunis sur la façon dont un tel mouvement peut se concrétiser. Walker présentera son idée partout où il y a des Albanais.

William Walker a également parlé de la situation en Macédoine, en Albanie et au Monténégro, ainsi que de l’élection du président Trump et de la politique américaine à l’égard du Kosovo. Il a également déclaré que l’arrestation du chef de l’AAK, Ramush Haradinaj, en France, est injuste, particulièrement sur mandat d’arrêt serbe.

Walker est le premier ambassadeur américain auprès de l’OSCE au Kosovo. Il est venu pour la première fois en 1998 et à découvert le génocide serbe à l’encontre de la population civile albanaise. Il y a réagi en devenant le porte-parole de la cause Kosovare dans le monde.