Thématique

La Commission de la condition de la femme des Nations Unies approuve la déclaration politique de la situation des femmes

Tous les États membres des Nations Unies sont invités à garantir aux femmes de pouvoir participer sur un pied d’égalité aux décisions à tous les niveaux et dans tous les domaines de la société, ce qui constitue la condition préalable nécessaire à la réalisation des objectifs de l’Agenda 2030 pour le développement durable

À l’occasion du 25e anniversaire de la quatrième Conférence mondiale sur les femmes de Beijing, les États membres de l’ONU ont adopté une déclaration politique dans le cadre de la Commission de la condition de la femme (CSW) à New York. Les États membres y reconnaissent les progrès réalisés dans de nombreux domaines. Ils constatent cependant qu’aucun pays n’a atteint la pleine égalité entre les femmes et les hommes et que les inégalités entre les sexes se maintiennent à un niveau considérable dans le monde entier. Au cours des négociations sur la déclaration politique, la Suisse s’est engagée avec succès sur ses thèmes prioritaires, à savoir les droits de l’homme, la participation de la société civile, la lutte contre la violence domestique et basée sur le genre, l’autonomisation économique des femmes, l’égalité des salaires, la reconnaissance des prestations de soins non rémunérées et la nécessité de statistiques et de données fiables.

Dans tous les pays subsistent des obstacles structurels à l’avènement de l’égalité entre les femmes et les hommes. La pauvreté, les inégalités économiques et les pratiques et lois discriminatoires constituent des défis majeurs pour la mise en œuvre de la Déclaration et du Programme d’action de Beijing. Tous les États membres des Nations Unies sont invités à garantir aux femmes de pouvoir participer sur un pied d’égalité aux décisions à tous les niveaux et dans tous les domaines de la société, ce qui constitue la condition préalable nécessaire à la réalisation des objectifs de l’Agenda 2030 pour le développement durable.

La Suisse applique le Programme d’action de Beijing

À l’échelle mondiale, l’écart de salaire moyen entre femmes et hommes se maintient au-dessus de 31%. En Suisse, le revenu mensuel des femmes est inférieur de 1455 francs en moyenne par rapport à celui des hommes (2016). Une part de 44% de cette différence ne peut pas être expliquée et témoigne d’une éventuelle discrimination salariale fondée sur le sexe. En adhérant à la Coalition internationale pour l’égalité salariale (EPIC) et en modifiant la loi sur l’égalité, la Suisse a fait deux pas importants vers la réalisation de l’égalité des salaires entre femmes et hommes. Dans le cadre du 25e anniversaire de la Déclaration de Beijing, la Suisse organisera par ailleurs les 15 et 16 octobre le huitième Forum mondial sur les statistiques sexospécifiques. Ce forum sera l’occasion d’examiner les moyens d’améliorer les données concernant les politiques en faveur de l’égalité des sexes, conformément à l’Agenda 2030 pour le développement durable.

Au cours des dernières années, la Suisse s’est aussi fortement engagée pour lutter contre la violence faite aux femmes. Toutes les deux semaines, une personne meurt en Suisse des suites de violences domestiques, en grande majorité des femmes. La Suisse a ainsi signé la Convention du Conseil de l’Europe sur la prévention et la lutte contre la violence à l’égard des femmes et la violence domestique (Convention d’Istanbul).

Sur le plan international, la Suisse soutient de nombreux programmes en faveur de l’autonomie économique et de la participation politique des femmes ainsi que pour la prévention des violences basées sur le genre, contribuant de ce fait à l’application du Programme d’action de Beijing.

64e session de la Commission de la condition de la femme des Nations Unies

La Commission de la condition de la femme est l’organe central des Nations Unies dédié à la promotion de l’égalité des sexes. Outre les délégations officielles de haut rang qui comptent d’ordinaire plus de 100 ministres, près de 5000 représentants de la société civile participent habituellement à la session annuelle de la commission. La Suisse a été élue membre avec droit de vote de cette commission pour une période de quatre ans (2020-2024).

La 64e session de la CSW, d’une durée de deux semaines, aurait été placée sous le signe d’un anniversaire important: il y a 25 ans s’est tenue à Beijing la quatrième Conférence mondiale sur les femmes consacrée à l’égalité, au développement et à la paix. À cette occasion, 189 États ont approuvé alors la Déclaration et le Programme d’action de Beijing avec pour objectif de faire progresser l’égalité entre les femmes et les hommes et l’autonomisation économique des femmes dans le monde entier. Les mesures adoptées portaient notamment sur la réduction de la pauvreté, l’encouragement de la formation, la santé, la situation des femmes dans le monde du travail, la protection des femmes et des filles contre les violences, aussi bien dans la sphère privée qu’en cas de conflit armé.

En raison des impératifs liés à l’épidémie de coronavirus, la durée initiale de la manifestation a été raccourcie et, pour l’instant, réduite à une simple réunion de procédure qui se tient ce jour. Cette réunion a lieu en présence des représentants permanents des États membres à New York mais sans les délégations des différents pays. Toutes les séances plénières et tous les événements parallèles prévus ont été annulés.


Des nouvelles intéressantes du web