Thématique

La Suisse et le Royaume-Uni souhaitent renforcer la coopération en matière de sciences, de recherche et d’innovation

La coopération entre les deux pays dans le cadre des infrastructures de recherche internationales, dans le domaine spatial et entre les agences chargées d’encourager la recherche et l’innovation a été au cœur des discussions

Le 7 février 2022, le conseiller fédéral Guy Parmelin a reçu George Freeman, ministre britannique de la Science, de la Recherche et de l’Innovation, dans le cadre d’une visite de courtoisie qui s’est prolongée par un dîner avec des représentants du monde scientifique et économique à Berne. Le lendemain, le ministre a pris part à une réunion de travail avec Martina Hirayama, secrétaire d’État à la formation, à la recherche et à l’innovation. Les discussions ont porté sur la coopération bilatérale dans les domaines de la recherche et de l’innovation.

La Suisse et le Royaume-Uni entretiennent des relations bilatérales intensives dans les domaines de la recherche et de l’innovation. De nombreuses coopérations directes se sont instaurées entre les universités, les chercheurs et les infrastructures de recherche. Les deux parties se sont félicitées de ces liens étroits tant lors de la visite de courtoisie que lors de la réunion de travail, et ont exprimé leur volonté de les approfondir. Le dialogue a permis d’évoquer différentes possibilités d’intensifier la coopération en matière de recherche et d’innovation, et d’envisager à cet égard la signature d’un mémorandum d’entente.

La coopération entre les deux pays dans le cadre des infrastructures de recherche internationales, dans le domaine spatial et entre les agences chargées d’encourager la recherche et l’innovation a été au cœur des discussions. La Suisse et le Royaume-Uni envisagent de coopérer dans le domaine des « fellowships » ainsi que dans celui de la « deep science », comme la mécanique quantique, les affaires spatiales et la fusion nucléaire. Les échanges ont également porté sur le programme-cadre de l’UE pour la recherche et l’innovation, notamment sur l’état de l’association des deux pays au programme Horizon Europe.

Un dîner réunissant des représentants des milieux académiques, scientifiques et économiques – parmi lesquels les têtes dirigeantes du Fonds national suisse (FNS) et d’Innosuisse, ou encore les présidents du Conseil des EPF, de l’EPFZ, de l’EPFL, de swiss­universities et de scienceindustries – a en outre eu lieu le soir du 7 février, à Berne, à l’invitation du conseiller fédéral Guy Parmelin. Il y a été largement question de la coopération dans les domaines de l’enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation.

Le Royaume-Uni est l’un des principaux partenaires de la Suisse dans le domaine de la formation, de la recherche et de l’innovation, tant sur le plan bilatéral que multilatéral. Un grand nombre de coopérations directes se sont établies entre les chercheurs et les institutions. Depuis 2011, le FNS a soutenu quelque 2600 projets de recherche comportant un volet de coopération avec le Royaume-Uni. Si l’on se réfère au nombre de projets communs menés dans le cadre d’Horizon 2020, le Royaume-Uni figure en deuxième position. La Suisse et le Royaume-Uni sont également membres de la plupart des grandes infrastructures de recherche internationales, comme le CERN, hébergé en Suisse, ou le Square Kilometre Array Observatorium (SKAO), situé au Royaume-Uni. Ce type d’infrastructures offre aux chercheurs des deux pays d’excellentes plateformes de coopération.


Des nouvelles intéressantes du web