Histoires à succès

Les Ashkali, une minorité invisible

Dans ce reportage exclusif, albinfo.ch vous emmène à la rencontre d’une  minorité silencieuse souvent confondue avec les Roms et qui reste très marginalisée  souffrant d’un rejet social latent. Les Ashkali, où communément appelés les Balkano-Egyptiens, sont albanophones et ne connaissent aucune langue romani. Si la majorité vit dans la ville de Prizren, nous sommes allés à la rencontre d’une famille établie, d’aussi loin qu’ils s’en souviennent, dans la périphérie de la capitale, Fushë Kosovë.

Au fur et à mesure des échanges, il ressort que cette communauté, qui se sent aussi très kosovare,  ne  s’est jamais posée de questions existentielles concernant leur projet, leur rêve, ou leur envie, tant ils sont préoccupés à trouver un travail alimentaire. En effet, au  Kosovo, les clichés sur leur «  paresse » ont la vie dure. Nous espérons donc, à travers leur témoignage, pouvoir contribuer à une modeste prise de conscience à ce niveau-là.