Thématique

Lutte contre le terrorisme: mise en accusation pour une attaque au couteau à motivation djihadiste à Lugano

Le MPC lui reproche d'avoir agi dans le but de tuer ses victimes et de commettre un acte terroriste au nom de « l'Etat Islamique (EI) »

Dans le cadre de l’attaque au couteau du 24 novembre 2020 contre deux femmes dans un grand magasin de Lugano, le Ministère public de la Confédération (MPC) a déposé un acte d’accusation auprès du Tribunal pénal fédéral contre une ressortissante suisse de 29 ans domiciliée dans le canton du Tessin. Il est principalement reproché à la prévenue la tentative d’assassinat et d’avoir enfreint la loi Al-Qaïda/EI. Le MPC lui reproche d’avoir agi dans le but de tuer ses victimes et de commettre un acte terroriste au nom de « l’Etat Islamique (EI) ».

Selon l’acte d’accusation, la prévenue a agi intentionnellement et sans aucun scrupule. Elle a attaqué brutalement ses victimes, choisies au hasard, avec un couteau dans le but de les tuer et de répandre ainsi la terreur dans la population au nom de l’EI, de déclencher une large couverture médiatique et de propager ainsi l’idéologie de l’EI. L’une des deux victimes a été grièvement blessée au cou. La deuxième victime a finalement réussi à maîtriser la prévenue avec d’autres personnes présentes sur les lieux et à la retenir jusqu’à l’arrivée de la police.

La ressortissante suisse est accusée de tentative d’assassinat (art. 112 du Code pénal [CP] en relation avec l’art. 22 al. 1 CP) et d’infraction à la loi fédérale interdisant les groupes «Al-Qaïda» et «État islamique» et les organisations apparentées (RS 122, « loi Al-Qaïda/EI »). Elle devra en outre répondre devant la justice de l’exercice illicite de la prostitution (art. 199 CP). Elle a été placée en détention provisoire à partir de son arrestation le 24 novembre 2020 et se trouve désormais en exécution anticipée de peine depuis août 2021.

Les premières mesures urgentes dans cette affaire ont été prises par les autorités tessinoises. Le MPC a rapidement repris l’affaire et a poursuivi les investigations, en collaboration avec fedpol, en raison de la compétence du parquet fédéral pour enquêter sur les infractions à motivation djihadiste et, dans le cas d’espèce, terroriste. Le MPC remercie les autorités tessinoises pour la mise en œuvre rapide des premières mesures urgentes et pour leur bonne collaboration.

Le MPC communiquera comme de coutume ses réquisitions de peine lors des débats devant le Tribunal pénal fédéral. Une fois l’acte d’accusation déposé, le Tribunal pénal fédéral à Bellinzone est compétent pour la suite de l’information aux médias. Jusqu’à ce qu’un jugement définitif soit rendu, la présomption d’innocence prévaut.


Des nouvelles intéressantes du web