Thématique

Début de l’école de recrues 2/22 : 8159 recrues et 2500 cadres attendus

Parmi les 8159 recrues et les 2500 cadres attendus, on compte 4,1 % de femmes, une proportion en constante augmentation

La deuxième école de recrues 2022 débute aujourd’hui, le lundi 4 juillet. On peut de nouveau se passer de la plupart des mesures introduites pour lutter contre la pandémie de COVID-19. Il est uniquement prévu d’effectuer un test de dépistage lors du cours préparatoire de cadres et de la première semaine d’ER. Parmi les 8159 recrues et les 2500 cadres attendus, on compte 4,1 % de femmes, une proportion en constante augmentation.

La situation en lien avec la pandémie de COVID-19 s’étant nettement améliorée, il est possible de renoncer à une convocation échelonnée avec enseignement à distance. L’essentiel des 8159 recrues attendues entrent ainsi au service dès aujourd’hui dans leurs casernes respectives et termineront l’école à l’issue des 18 semaines, le 4 novembre. Pour les Forces spéciales, l’école de recrues débutera une semaine plus tard et durera 23 semaines. Durant l’ER, 49 commandants d’unité, 362 chefs de section, 191 sous-officiers supérieurs et 1898 sous-officiers paieront en outre leurs galons.

Les mesures liées au COVID-19 en grande partie levées

En raison de la nette diminution des cas de COVID-19, les mesures de protection ont pu être en grande partie levées dans les ER. La convocation échelonnée avec enseignement à distance est abandonnée. Le port du masque n’est plus obligatoire depuis le 2 mai 2022. Il est néanmoins toujours recommandé d’appliquer les règles d’hygiène établies, par exemple la distanciation sociale, le lavage des mains régulier ou le fait d’éviter les poignées de main. Le port du masque volontaire est toujours autorisé. De plus, toutes les personnes convoquées seront soumises à un test salivaire de dépistage du COVID-19 au début du cours préparatoire de cadres ou de l’école de recrues.

Augmentation du nombre de femmes dans l’armée

Sur les quelque 8159 recrues attendues, on compte 244 femmes qui accomplissent leur service militaire sur une base volontaire, soit une proportion de 3 %. Ainsi, le nombre de recrues féminines a progressé pour la troisième année consécutive (juillet 2020 : 171 ; juillet 2021 : 212). À ces 244 recrues féminines s’ajoutent 193 cadres féminins qui effectuent leur service pratique. La part des femmes au sein de l’Armée suisse est tout juste supérieure à 1 %.

Sur toutes les personnes entrées au service, 1532 accomplissent leur service selon le modèle du service long et effectuent ainsi tous leurs jours de service d’une traite.

Conseils et assistance

Quiconque paie ses galons au sein de l’Armée suisse a droit à des indemnités de formation. Le montant, qui varie en fonction du grade et de la durée de la formation, peut être utilisé individuellement pour une formation ou un perfectionnement civil.

Les militaires qui ont besoin d’un soutien d’ordre médical, spirituel, psychologique ou social sont encadrés et conseillés. Le Service social de l’armée offre son soutien notamment en cas de problèmes financiers. Les recrues peuvent, pour toute question personnelle, s’adresser directement à leur commandant/e, au médecin de troupe, à l’aumônier/ère de leur école ou à l’Aumônerie de l’armée (0800 01 00 01), au Service psycho-pédagogique de l’armée (0800 11 33 55) ou au Service social de l’armée (0800 855 844).

Le Service de médiation indépendant (058 465 20 10) s’adresse aux militaires incorporés dans l’armée, aux futurs et anciens militaires ainsi qu’à leurs proches et à leurs familles. Il est possible de s’annoncer sans autre formalité lorsqu’un problème en rapport avec le service militaire n’a pas pu être résolu par la voie hiérarchique ordinaire ou par les services internes à l’armée. On peut également contacter le service de médiation si l’on ne sait pas à qui faire appel pour une demande.


Des nouvelles intéressantes du web