Thématique

ER 2/2021 : près de 11 500 recrues et cadres attendus

Près de 11 500 militaires sont attendus, dont quelque 390 femmes

Ce lundi 5 juillet marque le début de l’école de recrues d’été 2021, qui s’accompagnera de mesures de protection contre le coronavirus. Près de 11 500 militaires sont attendus, dont quelque 390 femmes. Outre la visite sanitaire d’entrée, qui est obligatoire, l’armée leur offre la possibilité de se faire vacciner contre cette maladie.

Aujourd’hui, près de 8800 recrues et 2700 cadres entrent à l’école de recrues (ER). Parmi ces militaires, on compte 392 femmes. Sur les places d’armes et dans les casernes, le concept de protection contre le coronavirus – adapté depuis le printemps 2020 en fonction de l’évolution de la situation épidémiologique – reste de mise. Son application rigoureuse et la discipline de la troupe ont permis d’éviter le développement de foyers d’infection dans les trois dernières ER.

Dans les premières 48 heures de l’ER, puis sur une base hebdomadaire, les militaires passeront un test SARS-CoV-2. Sont exemptées les personnes totalement immunisées ou celles guéries du COVID-19 si ces dernières ont été infectées dans les six mois précédant le test.

Stratégie de vaccination contre le COVID-19

L’armée contribue à la stratégie de vaccination de la population suisse en donnant aux militaires de l’ER d’été 2021 la possibilité de se faire vacciner contre le COVID-19. Ceci non seulement pour leur propre protection, mais aussi pour celle de leurs camarades et de leur entourage. Cette mesure permet d’optimiser la protection contre les infections au COVID-19 au sein de l’armée et de garantir le bon déroulement de l’instruction et la disponibilité opérationnelle. La plupart des volontaires au vaccin recevront leur première injection au cours de la deuxième semaine d’ER. La seconde dose leur sera administrée au cours de la sixième semaine.

Les militaires qui ne souhaitent pas être vaccinés continueront à se soumettre à des tests hebdomadaires et seront mis en quarantaine en cas de contact étroit avec des personnes infectées.

Augmentation du nombre de femmes à l’ER

Parmi un peu moins de 8800 recrues se trouvent 243 femmes qui se sont portées volontaires pour accomplir le service militaire. Leur nombre (selon chiffres enregistrés au mois de janvier) n’a cessé de croître ces trois dernières années (2019 : 130 ; 2020 : 184 ; 2021 : 213). Au niveau des cadres, elles sont 149 pour cette ER.

Pénurie de cuisiniers de troupe

Pour compenser la forte pénurie de cuisiniers de troupe pour cette ER et nourrir près de 3000 militaires, l’Armée suisse a engagé des entreprises civiles de restauration sur huit sites. De nombreuses raisons justifient la difficulté à recruter suffisamment de personnel de cuisine qualifié : la branche compte par exemple moins de cuisiniers fraîchement diplômés qu’auparavant, la part des femmes y a augmenté et la formation dans le domaine de la gastronomie a dû s’interrompre l’an dernier dans de nombreux restaurants à cause du coronavirus.

Conseil et assistance pour les recrues

Les recrues qui en ressentent le besoin peuvent être conseillées et assistées sur le plan médical, spirituel, psychologique et social. Elles peuvent donc s’adresser directement à leur commandant, au médecin de troupe, à l’aumônier de leur école ou à l’Aumônerie de l’armée (0800 01 00 01), au Service psychopédagogique (0800 11 33 55) ou au Service social de l’armée (SSA ; 0800 855 844) pour parler de questions ou de soucis personnels. Ainsi, le SSA est notamment là en cas de problèmes financiers.


Des nouvelles intéressantes du web