Thématique

Vaccination de rappel supplémentaire ou traitement préventif par anticorps pour protéger les personnes fortement immunosupprimées

Les patients fortement immunosupprimés continuent à courir un risque important de développer une forme grave de la maladie s’ils contractent le COVID-19. Ils ne parviennent pas à constituer une bonne protection immunitaire malgré plusieurs vaccinations contre le SARS-CoV-2

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) et la Commission fédérale pour les vaccinations (CFV) adaptent leurs recommandations de vaccination pour les personnes dont le système immunitaire est très affaibli. Ils leur recommandent une vaccination de rappel supplémentaire avec un vaccin à ARNm si le médecin traitant la juge prometteuse. Aucune vaccination de rappel n’est actuellement nécessaire pour les autres personnes de 12 ans et plus. Pour l’heure, l’immunisation de base et un rappel sont suffisants.

Les patients fortement immunosupprimés continuent à courir un risque important de développer une forme grave de la maladie s’ils contractent le COVID-19. Ils ne parviennent pas à constituer une bonne protection immunitaire malgré plusieurs vaccinations contre le SARS-CoV-2. C’est pourquoi l’OFSP et la CFV recommandent à ce groupe de personnes d’effectuer une deuxième vaccination de rappel, à condition qu’un spécialiste ait préalablement confirmé l’efficacité probable d’un tel vaccin pour le patient concerné.

Depuis peu, il est en outre possible d’avoir recours au médicament Tixagevimab/Cilgavimab (Evusheld®) pour les personnes immunosupprimées qui ne réagissent pas suffisamment au vaccin. Cette combinaison d’anticorps monoclonaux qui sert à l’immunisation passive est administrée à titre préventif. Les données disponibles indiquent qu’elle protège bien contre le COVID-19 pendant au moins six mois. Le Tixagevimab/Cilgavimab (Evusheld®) n’a pas encore été autorisé par Swissmedic. Le médicament ne peut être administré que sur ordonnance du médecin et n’est destiné qu’à certains groupes de personnes vulnérables.

Pas de recommandation générale pour une deuxième vaccination de rappel

Il n’est pas nécessaire que le grand public reçoive une vaccination de rappel supplémentaire dans la situation actuelle. Selon les données disponibles, les personnes entièrement vaccinées ou vaccinées et guéries sont encore bien protégées contre les formes graves du COVID-19. Pour les personnes âgées de 12 ans ou plus, l’OFSP et la CFV continuent de recommander l’immunisation de base au moyen de deux doses de vaccin à ARNm et un rappel après quatre mois au plus tôt.

D’ici les vacances d’été, la population sera informée des recommandations de vaccination pour l’automne et l’hiver 2022/23. Pour l’automne, plusieurs scénarios sont possibles. . Il se peut qu’une vaccination de rappel supplémentaire soit recommandée aux personnes vulnérables, à savoir les personnes de plus de 65 ans et celles souffrant de certaines maladies chroniques, mais il est aussi possible qu’elle soit prévue pour toute la population. Quel que soit le scénario retenu, la Suisse dispose d’un nombre suffisant de doses de vaccin.

Voyages à l’étranger

Pour les personnes qui ont besoin d’une vaccination de rappel pour un voyage à venir en été ou en automne, la Confédération évalue les possibilités pour qu’elles puissent y avoir accès à temps.

Comme par le passé, des certificats sont émis à la suite d’une vaccination (immunisation de base, rappels), lorsqu’un test PCR atteste une guérison du COVID-19 ou sur présentation du résultat négatif d’un test.

Situation actuelle et surveillance

La situation épidémiologique reste positive. Grâce à l’immunité élevée de la population, une surcharge du système de santé est improbable quand bien même le virus continue de circuler. À l’heure actuelle, il n’est pas possible de prévoir avec précision l’évolution de la situation durant l’automne et l’hiver.

La Confédération continue de surveiller attentivement et constamment la situation. Le système de déclaration obligatoire des infections au COVID (nombre de cas, tests, taux de positivité) reste en place et est complété par des données provenant du système de déclaration Sentinella. En outre, le monitorage des eaux usées a été beaucoup renforcé. Il permet de suivre activement la propagation du virus parmi plus de 70 % de la population et de détecter rapidement de nouvelles flambées d’envergure. La surveillance génomique met l’accent sur l’identification de variants susceptibles de provoquer une évolution grave de la maladie et de nombreuses hospitalisations.

Parallèlement, la Confédération observe l’immunité au sein de la population. Elle obtient ainsi des indications sur le nombre de personnes qui ont déjà contracté le virus ou qui sont complètement vaccinées et ont développé des anticorps contre le COVID-19. Toutes ces données livrent des bases précieuses pour définir les prochaines démarches nécessaires en vue de maitriser l’épidémie de coronavirus.


Des nouvelles intéressantes du web