Intégration

Les chefs spirituels musulmans albanais en Suisse se déclarent en faveur de la laïcité

Une rencontre entre les deux principales associations musulmanes albanaises aura lieu ce lundi 20 mars 2017 à la Maison des religions à Berne et où sera signée, par leur représentants et en présence d’autorités suisses et des représentants des pays d’origine, une déclaration commune en faveur de la laïcité en Suisse

Ce lundi, 20 mars 2017 à Berne, aura lieu la signature de la déclaration des chefs de deux principales associations organisant la vie religieuse musulmane au sein de la communauté albanaise en Suisse. Cette déclaration concerne essentiellement l’engagement des croyants albanais musulmans en faveur d’une société suisse laïque où ils vivent. « Il est prévu, qu’à travers cette déclaration, les deux parties, représentant les croyants albanais musulmans, puissent certifier être contre toute exploitation de la religion à des fins politiques et extrémistes. En outre, ils vont signer une déclaration qui prévoit qu’aucune règle ou disposition religieuse, de quelque nature qu’elle soit, ne puisse remplacer ou être une alternative aux lois positives de la Suisse », déclare pour albinfo.ch M. Naim Malaj, initiateur de ce projet et ancien Ambassadeur du Kosovo en Suisse.

Lorsqu’on lui demande  pourquoi ces deux associations religieuses albanaises doivent signer une telle déclaration, M. Malaj répond : « Nous, en tant que membres de la communauté albanaise, il nous appartient de nous occuper des croyants de notre communauté ainsi que de ceux qui les guident. D’autre part, il est désormais reconnu que chez les croyants albanais musulmans, c’est  toujours la nation qui prime avant la religion, de sorte que sur ce point nous détenons une composante spécifique. Les albanais musulmans représentent le plus grand nombre de musulmans vivant en Suisse, et il est donc plus qu’adéquat que lorsque qu’on parle d’eux, qu’ils puissent s’exprimer eux-mêmes et non pas d’autres canaux sensés les représenter ».

La réconciliation entre les deux entités musulmanes albanaises [ndla, fortement polarisées] n’est pas l’objectif de cette réunion, affirme M. Malaj. Mais bien évidemment, cette signature commune est une étape qui nous pensons devrait être suivie par d’autres étapes qui permettront à terme, pourquoi pas, leur union.

A la question d’albinfo.ch  qui consiste à savoir à quel titre il démarre cette initiative, M. Malaj répond brièvement: «A titre privé, comme Naim Malaj ».

Albinfo.ch a également recueilli les propos des  dirigeants des deux partis représentants les croyants albanaise musulmans en Suisse.

Le président de l’Union des Imams albanais en Suisse, M. Nehat Ismaili a confirmé à albinfo.ch sa participation à la réunion conjointe en présence d’autorités suisses et les représentants de l’Union des Albanais musulmans, où ils vont signer une déclaration commune, approuvée également par les membres de l’Union des Imams albanais en Suisse. Pour N. Ismaili, il s’agit d’une date très importante ».

Interrogé par albinfo.ch sur le but de cette déclaration, N. Ismail répond :  «Cette initiative est liée à la reconnaissance du travail et des activités constructives réalisés par les imams et la poursuite de leurs activités qu’ils déploient dans un esprit de tolérance, de coopération et d’intégration des musulmans dans l’Etat helvétique. Avec cette déclaration, notre engagement dans cette direction va se révéler une nouvelle fois « , explique M. Nehat Ismaili, directeur de UISHZ.

Quant à Mustafa Memeti, chef de la Communauté musulmane albanaise en Suisse, celui-ci confirme la rencontre de ce lundi: «L’unification des religieux musulmans albanais en Suisse, soit de  l’union de deux entités existantes, est l’une de nos priorités ». M. Memeti ajoute toutefois que «la déclaration ne doit pas rester seulement sur le papier, mais doit également être appliquée dans la pratique. Ceci, a-t-il souligné,  n’est pas un contrat avec l’Etat suisse, mais un engagement pour l’avenir, un avenir dans lequel les valeurs démocratiques helvétiques ne seront pas ébranlées ». L’imam Memeti rappelle que: «Nous ne sommes pas seulement des Albanais, mais également des Suisses, de ce fait, nous sommes autant intéressés par l’avenir de ce pays que les autres nationaux ».

Dans les coulisses de cette initiative et du rapprochement de ces deux entités albanaises musulmanes, ont travaillé des personnalités publiques très locales, tandis que le rôle de médiateur revient à l’ancien Ambassadeur du Kosovo, Naim Malaj.

A cet évènement dédié à cette  signature de la déclaration, seront présents  les Ambassadeurs des pays d’où proviennent les croyants albanais musulmans;  soit les Ambassadeur du Kosovo, Mme Nazane Breca, celui de l’Albanie, Ilir Gjoni et le chargé d’affaires de l’Ambassade macédonienne, Rafet Hajdari.

Au sujet de cette rencontre, Albinfo.ch a reccueilli les déclarations de Mme Breca et de M. Rafet Hajdari.

« A la rencontre qui aura lieu lundi à Berne, nous, ambassadeurs, y assisterons en tant que représentants des pays d’où proviennent les croyants albanais. Mais nous, en qualité d’Ambassade et spécifiquement moi-même en tant Ambassadrice du Kosovo, avons été au courant des désaccords subsistant entre les deux associations musulmanes albanaises en Suisse. Lors des réunions que j’ai eu avec les deux parties séparément, je les ai encouragé à coopérer et à s’unir, car se serait dans l’intérêt de la communauté et des fidèles qu’ils représentent », a déclaré Mme Breca pour albinfo.ch.

Le chargé d’affaire de l’Ambassade de Macédoine, Rafet Hajdari, s’est exprimé dans le même sens. Pour lui, il s’agit d’une bonne initiative de l’ex-Ambassadeur Malaj, “ C’est une initiative que nous soutenons, parce que nous sommes tous contre l’extrémisme et l’exploitation de la religion (une religion à laquelle nous appartenons majoritairement) à des fins politiques. Nous nous opposons fermement au départ des croyants albanais pour le  « djihad », autrement dit au départ pour des guerres qui n’ont rien à voir avec les Albanais. Par conséquent, nous considérons cette initiative comme étant juste et nous la soutenons“.