Albanie

Viens vivre ton mythe

Une exploration du mystère des Alpes Albanaises du nord, le lieu des légendes des « Kreshnikë », les hommes vaillants » : De la tour d’isolement aux auberges de Thethi, puis finalement par le sud du pays

Nous sommes à Theth, à l’intérieur de la tour d’isolement, une construction du 4ème siècle de notre ère. Sokol Koçeku, le propriétaire et héritier de la tour, nous y accueille. Le montagnard, élégant, la quarantaine, est habillé en partie de vêtements traditionnels : le gilet rouge et noir et le bonnet de Dukagjin, le tout combiné avec de vêtements contemporains. Sokol Koçeku nous conte l’histoire de la tour d’isolement.

 Tour d’isolement, Theth

Trois siècles durant, elle remplissait la fonction de lieu de réconciliation des vendettas

La tour d’isolement a, trois siècles durant, servi de lieu de réconciliation entre les familles en proie à des vendettas. Depuis un siècle, ce n’est plus le cas puisque le Kanun de Lekë Dukagjini n’est plus en vigueur. « La question se pose de comprendre pourquoi la bâtisse s’appelle tour d’isolement et non pas tour de réconciliation. La réponse est que ceux qui s’y isolaient ne parvenaient malheureusement pas toujours à se réconcilier. C’était un peu comme dans un Tribunal ou le verdict ne déboucherait pas forcément sur une condamnation ou acquittement », dit-t-il.

En descendant de la tour, je constate la présence d’une longue file de touristes étrangers et albanais qui attendent de pouvoir rencontrer Sokol pour l’écouter conter son histoire, parfois assisté de sa fille Maria, âgée de 13 ans, qui aide son père après les cours qu’elle suit à Shkodra.

L’arrivée à Theth est un défi

Theth est situé à 180 kilomètres de Tirana. Si les 132 premiers kilomètres son asphaltés, il en va différemment des 18 derniers. Il n’est d’ailleurs pas conseillé de se rendre à Theth à bord d’une voiture n’étant pas prévue pour affronter des conditions tout-terrain.

Le village de Theth est situé le long de la vallée de Shala, au cœur d’un massif rocheux de 2400 kilomètres carrés. Il est entouré de 12 parmi les 16 plus hauts sommets d’Albanie. Près des deux tiers du parc naturel sont recouverts de forêts. C’est aussi un endroit idéal pour les alpinistes.

Panorama de Theth

Il existe deux façons de se rendre à Theth. Depuis Shkodra, à Koplik et Razmë, ou depuis la vallée de Shala. Les deux routes ont à peu près la même longueur, soit environ 90 kilomètres. Nous suivons donc la route de Shkodra, longue de 86 km. Après avoir effectué la première partie du voyage, le long de la route nationale Shkodra-Hani i Hotit, dans la région de Koplik, nous entamons l’ascension vers les montagnes, parcours long de quelque 45 kilomètres. Au fil du temps, les couleurs changent. Les champs et les collines cèdent la place aux montagnes qui s’élèvent, glorieuses, offrant une vue magnifique. La vallée de Theth se trouve entre 600 et 900 m d’altitude. Elle est parcourue par la rivière Shala qui prend sa source au sommet de Radohima et termine sa course lorsqu’elle rejoint le lac Koman. (A ce sujet, référez-vous aux cartes au sein de l’article).

– Un couple âgé de 80 ans en « randonnée »

Avec nous pour ce voyage, il y a un couple de personnes âgées, vieilles d’à peu près 80 ans. Ce sont grand-père Biraçi et grand-mère Refiko qui, avec un courage extraordinaire, grimperont ensuite à la cascade de Grunas et se rendront le lendemain à l’Œil Bleu. Grand-père Biraçi, qui était agronome de profession, nous explique que si l’on peut dire des Alpes qu’elles ont des pics, on pourrait dire de Korabi que c’est un lieu rocheux.

L’aventure commence ici : les derniers 18 km de descente vers la vallée sont non pavés, hors route avec au mieux du gravier. C’est la partie la plus difficile pour les gens qui n’aiment pas l’aventure…

– Theth, accessible en automobile depuis 1923

Dans l’Encyclopédie albanaise publiée il y a trois décennies, il est écrit : « Theth est le premier village qui a été relié par route à la ville en 1923 ». Mais en raison de l’absence d’infrastructures de base, il n’y a que 25 familles qui vivent à Theth toute l’année durant.

C’est sur les flancs de ces montagnes, appelées Bjeshkët e Namura, qu’un mythe a été construit par les habitants au fils des siècles. Ce mythe est connu en Albanie sous le nom de « l’épopée des Kreshnikë ». Mujë et Halil étaient deux frères géants, grands comme des montagnes et qui protégeaient les montagnes contre les envahisseurs. L’amour d’Halil pour son petit frère est fort semblable à l’amour de Parid pour Hélène. La douleur de Ajkuna, leur mère, pourrait être comparée à celle du roi Priam à la mort d’Hector. De plus, les fées étaient les muses de la bravoure et du lyrisme. Elles étaient les déesses de l’Albanie. Beaucoup d’érudits étrangers voient une grande ressemblance entre l’épopée albanaise et l’Iliade d’Homère. Cependant, cela reste notre Iliade albanaise, belle et pure. Il suffit de garder le silence pendant un instant pendant que vous êtes entourés des montagnes pour acquérir la certitude que tout cela a bien eu lieu.

Un montagnard et sa « lahoute »

L’histoire de Theth et de la Shalë est liée à celle de la tribu illyrienne des Labeat. Theth, pour la première fois, est évoquée dans le registre de Sanxhak de Shkodra en 1485, nommé Fusha et à cette époque, où il n’y avait que 7 grandes maisons. Coronelli est le premier à mentionner Theth sur une carte de 1688, alors qu’en 1916-1917, Père Shtjefën Gjeçovi se rend au village de Theth et commente par écrit la ville et la fait connaître. L’année 1921 est celle où le village de Theth acquiert une école, construite par la Croix-Rouge américaine. Puis, en 1936, la route destinée aux automobiles est construite, accompagnée un an plus tard par l’ouverture d’une agence de tourisme.

Au cours des années, dès 1968, d’autres centres touristiques seront ouverts et des bâtiments, des hôtels et de nombreux autres équipements seront construits. Ils accueilleront de nombreux visiteurs venus de toute l’Albanie et de l’Europe de l’Est pendant 35 années consécutives.

En 1976, Theth a été déclaré « Parc National ». Depuis les années 1990, l’hôtel qui s’y trouve et qui a été privatisé ne fonctionne plus que partiellement, n’offrant qu’une capacité de 30 lits. Jusqu’en 1997, l’hôtel, aujourd’hui appelé « Frashnishta », accueillait de nombreux touristes nationaux et étrangers. Malheureusement, avec les émeutes qui ont touché le pays, la fréquentation de la zone touristique de Theth a cessé.

L’alpiniste Georg Heinshemer considère Theth comme l’endroit le plus propice au tourisme parmi les Alpes du nord de l’Albanie et le compare aux belles régions du Tyrol, en Autriche.

La route menant aux chutes de Grunas se trouve à une heure de marche du centre de Theth. Des vêtements adaptés à la montagne sont indispensables. Bien qu’il s’agisse d’un sentier de randonnée de niveau débutant, les sentiers de ces montagnes ne s’empruntent pas en simples baskets ou chaussures de villes.

Tout au long du voyage, le gargouillis de l’eau, les bourrasques de vent dans les feuilles et les bouffées d’arômes frais émanant de la nature environnante accompagnent le marcheur. Soudain, la cascade de Grunas apparaît à 900 mètres d’altitude au-dessus du niveau de la mer et se dresse à environ 30 mètres de hauteur. C’est incroyable. Nous applaudissons fortement grand-père Biraç, qui malgré ses 80 ans est venu jusqu’à la cascade de son plein gré pour ne pas rater cette vue magnifique.

Cascade de Grunas

En 2002, la chute d’eau de Grunas a été proclamée monument naturel protégé par l’état. Avec les régions environnantes et Mulliri i Bojës, ils constituent l’un des endroits les plus attrayants pour les touristes étrangers et locaux. La caractéristique de cette cascade est que son eau jaillit d’une roche et que c’est de l’eau issue de la fonte des neiges.

– Cuisine nourissante mais pas d’inquiétude, vous allez faire fondre rapidement la graisse !

Au retour, nous nous arrêtons pour un rafraichissement au café « Jezerca ». Puis nous retournons à la maison d’hôtes pour le souper. Tout comme le dîner, le repas du soir est préparé avec des produits de la région. Aubergines farcies au fromage, poivrons farcis, salade du village, pain fait maison, « dhalle », tarte, laitue et viande d’agneau grillée. Le tout est cuisiné avec abondance de graisse, mais n’ayez pas peur, tout cela sera vite brûlé dans l’air frais pendant vos marches dans la nature.

Voilà à quoi ressemble une table avec de la nourriture locale à Theth

Voici comment se rendre à l’Œil bleu

Après le petit-déjeuner, nous partons directement pour l’Œil bleu. Au centre de Theth, nous embarquons à bord de fourgons pour un prix de 500 lekë aller-retour par personne. (Ceci n’est pas inclus dans les frais de 7400 lekë du forfait touristique). Si vous le souhaitez, vous pouvez choisir d’utiliser un vélo de location au même prix.

Nous nous arrêtons à la centrale de Ndërlysë, près des ruines de l’école et passons tout droit dans le village de Pusi i Zi, qui est au bord de la rivière Lumi i Zi, qui descend de Kaprreja. C’est un endroit d’une beauté époustouflante. L’endroit s’appelle « Vaskat ». Après avoir traversé le pont de bois, vous découvrirez l’un des paysages les plus spectaculaires, celui des sculptures formées par l’action de l’eau de la rivière sur la roche, où des baignoires se sont créées par érosion.

Pour visiter l’œil bleu, il faut grimper le long de sentiers. Il y a un peu plus de difficultés que pour escalader la cascade de Grunas.

Les premiers arrivés se sont précipités pour se baigner dans l’eau cristalline de la cascade. L’œil bleu apparaît dans toute sa splendeur.

L’œil bleu

L’œil bleu est l’une des attractions les plus spectaculaires de toute l’Albanie. Il est formé par la rivière Lumi i Zi, qui prend sa source à Majë e Zezë.

Le chemin du retour est plus facile. Nous nous arrêtons un moment au centre du village, au bar Jezerca. Parlant à Ardian, le propriétaire, il nous explique que Theth et l’ensemble de Dukagjin (les Alpes) ont un énorme potentiel pour le tourisme. Il y a, dit-il, un besoin d’investissements en particulier dans l’énergie et l’infrastructure. En 2017, Theth a été visité par 84 mille touristes dont 42 mille étrangers. À Theth, il y a 52 auberges et 3 camps.

(Notre article, vous apprends davantage au sujet de la marche dans ces régions, ou alors vous pouvez aller visiter directement la panoplie des offres existantes à l’adresse: https://www.zbulo.org.)

Randonnée pédestre : Mère Ladi grimpe les plus hautes montagnes des Balkans

Lavdije Sulo, 58 ans, appelée mère Ladi, a gravi les plus hauts sommets d’Albanie et des Balkans ces cinq dernières années. En cinq ans, elle a grimpé le 70 % des montagnes albanaises et trois montagnes des Balkans.

Korab

Il y a une semaine, elle était à Vermosh, qu’elle décrit comme étant d’une beauté extraordinaire. Vierge, avec des arbres centenaires qui jusqu’à une altitude de 1800 à 2000 mètres forment une forêt pour ensuite laisser la place, plus haut, à des alpages sans fin. « J’ai marché partout en Albanie, mais Vermosh est d’une beauté rare. Les Alpes albanaises sont plus belles que celles du reste des Balkans. Elles sont rudes et difficiles d’accès, mais elles offrent des vues époustouflantes. Musalla, par exemple, est considérée comme la plus haute montagne, mais n’a aucun charme. L’Olympe présente des difficultés, Jezerca est âpre. Korabi est notre plus haute montagne, mais elle n’est pas difficile à gravir. Mon neveu de 6 ans m’y a accompagné jusqu’au sommet. Elle est impressionnante et très belle ».

Hiking

(Notre article, est consacré à la présentation de ce tour opérateur qui propose des marches de montagne ou des escalades. Vous pouvez aussi en apprendre davantage à l’adresse internet de “Adventure & Fun Albania”, http://www.adventure-fun.al/).

Notre contribution sur la plateforme GO2 Albania, en allemand et en albanais vous en apprends aussi davantage. Son site internet (http://www.go2albania.org) contient aussi des informations détaillées pour les tours à vélo dans les régions de Shkodër et environ.

Le cinquième jour, dans un village à la frontière avec la Macédoine, est un jour tranquille : gâteaux, cafés et promenades à vélo au centre du village, ainsi qu’une rafraichissante plongée dans la rivière. Le sixième jour, un tour de 52 km en VTT vous attend. Le dernier jour est plus calme, constitué d’une courte promenade d’environ deux heures à vélo à travers les collines. Finalement, le retour à Tirana se fait en bus, où vous pouvez conclure la semaine de voyage festivement par un délicieux repas de poissons.

Mais le mystère des Alpes ne s’arrête pas pour autant et les fées de la montagne continueront longtemps de murmurer votre nom qui se mélangera au bruit du vent dans les feuilles des frênes. « Reviens », vous appellent-elles, tout comme les sirènes de l’Odyssée, « viens raconter ta légende » !

(Photo: Fation Plaku)