Thématique

Les discussions ont porté principalement sur l’approfondissement des relations bilatérales, des questions de sécurité en Europe et les bons offices de la Suisse

À l’issue du sommet de Genève, une délégation suisse, emmenée par le président de la Confédération Guy Parmelin, a rencontré le président russe Vladimir Poutine et sa délégation le mercredi 16 juin 2021. Les discussions ont porté principalement sur l’approfondissement des relations bilatérales, des questions de sécurité en Europe et les bons offices de la Suisse.

Les deux parties ont souligné les bonnes relations, empreintes de respect, qui les unissent et les échanges nourris et multiples que comportent celles-ci. Les contacts sont institutionnalisés dans les domaines de l’économie, des finances, de la recherche, de la politique extérieure et de la politique de sécurité, des droits de l’homme, des douanes et de l’agriculture. Le président de la Confédération a souligné que la Russie fait partie des pays prioritaires de la politique étrangère de la Suisse et a mis l’accent sur le potentiel important que recèle l’intensification des échanges économiques.

La situation sécuritaire en Europe a également été au centre des discussions. Le président Parmelin a exprimé la crainte de la Suisse, partagée par d’autres États, face à la dégradation de la situation et à l’érosion de la confiance. La coopération au sein du Conseil de l’Europe et de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE), institutions multilatérales au sein desquelles la Russie joue un rôle central, a aussi été abordée. La Suisse s’engage pour un renforcement de l’OSCE, qui aura 50 ans en 2025. Le président de la Confédération a déclaré que le dialogue et la coopération dans un cadre multilatéral sont plus importants que jamais.

Les mandats de puissance protectrice que la Suisse exerce pour la Russie et la Géorgie assument une importance particulière dans les relations entre la Suisse et la Russie. La délégation suisse a souligné l’engagement de la Suisse en faveur de la stabilité au Caucase, en Asie centrale et en Europe de l’Est. Une base stable est la condition d’un développement durable.

Le conseiller fédéral Ignazio Cassis, chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE), les secrétaires d’État Marie-Gabrielle Ineichen-Fleisch (Secrétariat d’État à l’économie) et Livia Leu (DFAE) ont également participé aux discussions aux côtés du président de la Confédération. La délégation russe était composée du président Vladimir Poutine et du ministre des affaires étrangères Sergueï Lavrov.


Des nouvelles intéressantes du web