Pros de la finance suisse d’origine albanaise

De femme réfugiée à gérante d’un fonds de 10 millions de dollars

Il est question ici de la fondatrice et directrice de Skënderbeg Alternative Investments AG à Zürich, Miranda Ademaj

Miranda Ademaj est née à Shtime, au Kosovo, et a grandi en Allemagne depuis 1994, où elle est arrivée illégalement avec sa famille.

Miranda raconte dans une interview accordée à albinfo.ch qu’elle a rencontré beaucoup de difficultés pour s’intégrer en Allemagne. Elle n’avait que 10 lorsqu’elle a recommencé sa vie à zéro, dans un endroit qu’elle ne connaissait pas.

Elle parle parfaitement la langue albanaise, qu’elle n’a pas oubliée au vu de ses 4 années passées à l’école primaire au Kosovo. Miranda a grandi en Allemagne jusqu’à ses 20 ans. Sa situation économique commençant à se dégrader, Miranda décida de déménager à Zürich, en Suisse, où elle étudia l’économie.

Pendant 5 années, elle a travaillé dans différentes institutions importantes suisses :BrunnerInvest AG, Sallfort Privatbank et Crédit Suisse. À la croisée de trois cultures différentes, Kosovo-Allemagne-Suisse, Miranda avait un souhait : voyager. Miranda a conquis l’Amérique, l’Asie, l’Australie et l’Europe pendant 1 an, avec un sac sur le dos. Elle a passé la majorité de son temps en Australie, où elle a également travaillé pour quelques semaines dans la fabrique de bananes « Bananafarm » à Outback. Miranda a beaucoup gagné de cette expérience, notamment en élargissant son horizon.

Miranda a maintenant une autre opinion sur la culture albanaise.

« La culture à laquelle j’appartiens limite la femme aux aspects traditionnels et familiaux, bien plus que dans les autres cultures d’Europe. C’est un aspect qui rend difficile à atteindre les différents objectifs de leur vie » explique Miranda.

Après cette aventure autour du monde, elle est retournée à Zürich et a commencé à travailler pour un fonds de BrunnerInvest AG, où elle a eu l’occasion de rencontrer beaucoup de gens éduqués qui ont compris le monde de Miranda.

« Un jour m’est venue l’idée de créer l’entreprise Skënderbeg Alternative Investments AG, avec mes précédents employeurs. J’ai collaboré avec deux de mes collègues, car ensemble, nous constituons une excellente équipe. Je suis maintenant la fondatrice et directrice de Skënderbeg Alternative Investments AG, candidate pour  Chartered Alternative Investment Analyst et membre de “100 Woman in Hedge Funds”. Bruno J.Scheller est le dirigeant des investissements et Thomas Fliegner, le gérant des risques. Ce dernier était également professeur de mathématiques à Cambridge et Bath. La philosophie et la stratégie des investissements a été totalement pensée par Miranda.  Cette dernière a beaucoup appris de la crise économique de 2008 et des entreprises dans lesquelles elle a travaille par le passé.

En ce qui concerne les difficultés dans les affaires, Miranda affirme qu’il faut naturellement redoubler d’efforts, en tant qu’étrangère, afin d’arriver à quelque chose, surtout dans « Hedge Funds », qui constitue un grand défi, du fait qu’il est dominé par les hommes.

“Il est difficile de trouver des femmes qui occupent ce genre de postes tel que le mien dans ce domaine” affirme Miranda.

La persévérance dans le fait de croire que les femmes peuvent autant s’en sortir que les hommes a donné à Miranda le courage d’atteindre les objectifs qu’elle s’était fixés.

Elle se dit fière d’être la seule albanaise du Kosovo et c’est pour cette raison qu’elle a décidé de nommer ce fonds par le nom du héros national, Skenderbeu.

Miranda n’a jamais caché son identité d’albanaise du Kosovo.

« Partout où je vais dans le monde, les gens nous accueillent bien, et ils sont habitués au nom de Skënderbeg, car la majorité d’entre eux est informée à propos de l’histoire glorieuse de notre héros national » souligne la fondatrice et directrice de Skënderbeg Alternative Investments AG.

Le fonds Skënderbeg Alternative Investments AG travaille avec 10 millions de dollars le 1er Février 2014, ce qui constitue une exception, car d’habitude le début se fait avec 2 à 5 millions.

« Le Fonds Skënderbeg garantit aux investisseurs un accès neutre envers le marché des investissements » dit Miranda.

Ce fonds est spécialisé dans le capital des stratégies d’équité à long-terme et offre aux investisseurs un accès exceptionnel à des fonds de défense à une échelle globale.

Le nom de cette entreprise est lié à la mission du héros national Gjergj Kastrioti Skënderbeu, en se basant sur des qualités telles que l’indépendance, la consécration, et la supériorité. « Nous sommes dédiés et passionnés à atteindre notre objectif, tel que l’a fait Skënderbeu » insiste Miranda.

En même temps, Miranda joue le rôle d’ambassadrice du Kosovo pendant les rencontres et les contacts qu’elle a avec différents investisseurs étrangers.

Son objectif est d’arriver au succès, pas-à-pas.

Récemment, Miranda a tenu une présentation pour TED, une organisation qui a pour but de tenir des conférences à travers le monde, de Seul à Buenos Aires, de Londres à Podgorica, de San Diego à Tel Aviv.

L’économiste Kosovare annonce qu’elle ne s’arrêtera pas en si bon chemin et que son intention est d’écrire un livre sur sa vie.

En passant par différentes cultures, entre le Kosovo, l’Allemagne et la Suisse, et en devant une financière globale, Miranda va certainement servir de modèle pour beaucoup de femmes qui n’ont pas peur de poursuivre leurs rêves.