E-Diaspora

La Diaspora, un trésor inexploité

Chaque troisième kosovar vit à l’extérieur du Kosovo, soit chaque dixième en Suisse. La diaspora kosovare possède un potentiel financier, mais aussi des capacités réelles de transfert de savoir-faire (notamment sur le plan de la gestion) et de mise en réseau, sur le plan socioprofessionnel, entre le Kosovo et les pays occidentaux. Néanmoins, la seule dimension qui semble avoir fonctionné entre la diaspora et le pays d’origine sont les rémittences et leur utilisation pour la consommation et la (re)construction du pays.

Le potentiel de la diaspora en faveur du développement du Kosovo, dans la phase de la construction étatique, a été largement discutée, toutefois, en comparaison de ce qui aurait pu être atteinte, les résultats sont plus que maigres. Des évènements, des conférences, des tribunes, la rhétorique enthousiaste des responsables politiques, des rendez-vous de haut rang réaffirment systématiquement l’importance de la diaspora, mais par la suite, rien ne voit le jour. Au contraire, la logique de traite de la diaspora se poursuit, à l’image de l’exemple plus irritant des taxes d’assurances des véhicules imposées aux membres de la diaspora, lorsqu’ils arrivent aux frontières du Kosovo. Dernièrement, il a été évoqué que cette taxe pourrait  être suspendue, mais il est difficile de croire lorsqu’on sait à qui profite ce racket.

On ne peut motiver sa population immigrée par des mesures cosmétiques. Elle doit en effet être considérée comme une priorité étatique pour le développement du Kosovo, au même titre qu’ont été les autoroutes construites et de leur coût pharaonique par rapport à une qualité médiocre. Les résultats reflèteront le potentiel de la diaspora si celle-ci est sérieusement considérée comme une ressource stratégique, avec des mesures conséquentes pour la motiver et lui garantir son capital. Néanmoins, ceci n’a pas eu lieu jusqu’ici et le Kosovo est en train de manquer d’un sérieux atout pour son développement. Ceci est un vrai gâchis car l’image du Kosovo fais déjà fuir les investisseurs potentiels de la diaspora.

Dans ce numéro de la Revue Albinfo.ch, nous avons porté à la connaissance de nos lecteurs des exemples d’investissements qui prouvent que la diaspora peut énormément apporter au Kosovo. Espérons que d’autres initiatives suivront et que la gouvernance politique du pays finira par prendre conscience de ce trésor.

 

 


Des nouvelles intéressantes du web