Coronavirus: minutes par minutes

La Suisse signe un accord avec Pfizer pour 2022 et 2023

La Confédération a conclu un nouveau contrat avec la société biopharmaceutique Pfizer. Grâce à cet accord, la population suisse continuera de disposer d’une quantité suffisante de vaccin à ARNm ces deux prochaines années. Le nouveau contrat porte sur une livraison annuelle de 7 millions de doses de vaccin en 2022 et en 2023, avec une option pour 7 millions de doses supplémentaires chaque année. Le contrat entre en vigueur à condition que les vaccins adaptés par Pfizer/BioNTech soient autorisés par Swissmedic.

Pour protéger la population contre le COVID-19, la Confédération mise jusqu’ici en particulier sur les vaccins à ARNm. À ce jour, les vaccins de Pfizer/BioNTech et de Moderna se sont avérés très efficaces et bien tolérés. Avec le nouveau contrat, la Confédération a réservé un nombre suffisant de doses auprès des deux fabricants pour garantir un futur rappel de la vaccination s’il devait s’avérer nécessaire. Les deux sociétés travaillent actuellement sur le développement de vaccins efficaces contre les mutations du SARS-CoV-2.

Des contrats avec cinq fabricants

La Confédération poursuit ses efforts visant à constituer un portefeuille de vaccins fondés sur différentes technologies (ARNm, à base de protéines, à vecteur viral), afin de permettre par exemple aux personnes souffrant d’intolérances de se protéger au moyen d’un vaccin différent. Le recours aux vaccins de divers fabricants a aussi pour objectif de garantir la disponibilité d’une quantité suffisante de vaccins autorisés, même en cas de problèmes d’approvisionnement. À ce jour, la Confédération a signé des contrats avec cinq fabricants : Moderna (13,5 mio de doses pour 2021 et 7 mio pour 2022), Pfizer/BioNTech (environ 6 mio de doses pour 2021, 7 mio pour 2022 et 7 mio pour 2023), AstraZeneca (environ 5,4 mio de doses, dont 4 mio sont remises au programme COVAX), Curevac (5 mio de doses) et Novavax (6 mio). Les cantons utilisent actuellement les vaccins de Moderna et Pfizer/BioNTech.

La procédure d’autorisation d’autres vaccins contre le COVID-19 est encore en suspens. Tant que ces vaccins n’ont pas été autorisés par Swissmedic, ils ne sont pas livrés en Suisse ni stockés ailleurs en vue de leur livraison.

Engagement international pour lutter contre la pandémie

Depuis le début de la pandémie, la Suisse s’engage pour une solution globale et équitable en matière de répartition des vaccins contre le COVID-19. L’année dernière, elle a versé 20 millions de francs au programme COVAX en faveur de 92 pays à faible revenu. De plus, le Conseil fédéral a décidé en avril 2021 d’apporter un soutien supplémentaire de 300 millions de francs au Access to COVID-19 Tools Accelerator (ACT-A). Sur ce montant, 125 millions iront au programme COVAX. L’ACT-A vise à promouvoir l’accès aux vaccins contre le COVID-19, aux médicaments et aux tests ainsi qu’à renforcer les systèmes de santé dans la lutte contre la pandémie.

En plus de son engagement international, la Confédération examine constamment la possibilité de remettre à d’autres pays les vaccins disponibles dont la population suisse n’aurait pas besoin. Le don de 4 millions de doses de vaccin AstraZeneca au programme COVAX est en cours de réalisation.

Technologie du vaccin à ARNm
À l’instar de Moderna, Pfizer/BioNTech mise sur une technologie nouvelle : l’ARNm est un type de molécule messagère qui transmet des instructions pour la production de protéines. En l’occurrence, elle transmet aux cellules l’information nécessaire à la fabrication d’une protéine virale. Le système immunitaire identifie alors cette dernière comme un antigène, puis réagit en fabriquant des anticorps. Cette réponse immunitaire permet au corps de se préparer à lutter contre le virus.

(admin.ch)


Des nouvelles intéressantes du web