Thématique

Le tourisme international a été fortement impacté par la crise du COVID-19 en 2020

La population helvétique a dépensé 9,7 milliards de francs lors de ses voyages à l’étranger en 2020, soit 48,5% de moins qu’en 2019. De leur côté, les voyageurs qui résident à l’étranger et qui ont visité la Confédération en 2020 ont dépensé 9,4 milliards de francs, soit une baisse de 47,8% par rapport à 2019

La crise du COVID-19 a durement frappé le secteur touristique en 2020. Le nombre de personnes ayant voyagé a été fortement réduit. Les évolutions des recettes et des dépenses de la balance touristique le reflètent et donnent l’ampleur du choc subi. Les recettes de la balance touristique ont baissé de 47,8% pour atteindre leur niveau du début des années 90 à 9,4 milliards de francs. Parallèlement, les personnes résidant en Suisse ont pratiquement diminué de moitié leurs dépenses effectuées lors de déplacements à l’étranger. Au final, le solde de la balance touristique est légèrement négatif à -290 millions, selon les premières estimations de l’Office fédéral de la statistique (OFS).

La population helvétique a dépensé 9,7 milliards de francs lors de ses voyages à l’étranger en 2020, soit 48,5% de moins qu’en 2019. De leur côté, les voyageurs qui résident à l’étranger et qui ont visité la Confédération en 2020 ont dépensé 9,4 milliards de francs, soit une baisse de 47,8% par rapport à 2019.

A partir du mois de mars, le nombre de touristes a fortement baissé en Suisse. Le secteur hôtelier, qui venait d’enregistrer un record en termes de nuitées en 2019, a été frappé de plein fouet. En 2020, les nuitées hôtelières étrangères ont été amputées des deux tiers par rapport à 2019. Les recettes issues des séjours dans l’hôtellerie, dans la parahôtellerie ou chez des particuliers ont donc été particulièrement affectées. De leur côté, les séjours d’études et séjours hospitaliers ont également souffert des effets de la pandémie, bien que la mobilité estudiantine semble avoir pu se maintenir à un niveau élevé. Pour l’ensemble des séjours avec nuitées, il en résulte une chute spectaculaire des recettes de 56,0%.

Les recettes des séjours sans nuitées ont également baissé, quoique plus modérément. Leur baisse s’inscrit à 31,9%, soit une réduction de presque 2 milliards de recettes pour l’économie suisse. Tandis que les recettes liées aux excursions d’un jour et au tourisme de transit ont fortement reculé du fait de la fermeture temporaire des frontières, les dépenses de consommation des frontaliers et des titulaires d’un permis de courte durée ont mieux résisté. En effet, la baisse des dépenses de consommation des frontaliers bénéficiant du chômage partiel a été en partie compensée par l’évolution malgré tout positive du nombre de frontaliers actifs au cours de l’année 2020.

La population suisse a divisé par deux ses dépenses à l’étranger

A l’instar des recettes de la balance touristique, les mesures et restrictions sanitaires associées à la pandémie de COVID-19 expliquent l’impressionnant recul des dépenses de la balance touristique. En comparaison, le renchérissement du franc suisse par rapport aux autres monnaies et la mise en œuvre par l’Allemagne d’un seuil minimal de valeur d’achat pour l’obtention d’un certificat d’exportation n’ont joué qu’un rôle secondaire pour expliquer cette évolution. Les achats effectués en 2020 lors de voyages à l’étranger par des personnes résidant en Suisse ont atteint un montant total de 9,7 milliards, en baisse de 48,5% par rapport à 2019.

Quelque 57,9% de ces dépenses, soit 5,6 milliards de francs, ont été effectuées lors de séjours avec nuitées. Les dépenses pour ces séjours ont baissé de 57,5%. Principalement touchées par la fermeture des frontières instaurée entre la mi-mars et la mi-juin 2020, les dépenses effectuées dans le cadre des séjours sans nuitées ont atteint un montant de 4,1 milliards en 2020, en baisse de 27,1% par rapport à 2019.


Des nouvelles intéressantes du web