Tourisme

Le tourisme offre un énorme potentiel d’investissement pour la diaspora

"Le temps où le tourisme se développait à travers l'impression de brochures promotionnelles avec des photos de nature et de belles personnes est révolu", explique Albion Idrizi, à la tête d'une entreprise de tourisme de la diaspora.

Albion Idrizi est l’un des représentants du secteur privé du tourisme au Kosovo. Il a été impliqué dans de nombreux processus de développement et de transformation de ce secteur. Après une expérience dans des agences de voyages en Allemagne, il dirige aujourd’hui sa propre entreprise au Kosovo. En tant que formateur IATA expérimenté, il a contribué à l’avancement du tourisme et de l’aviation à travers la formation de nouveau personnel et le développement de produits touristiques. Albion dit qu’il se sent chanceux d’avoir été au Kosovo durant ces années cruciales pour le développement du tourisme et du pays en général, une expérience professionnelle unique.

 Comment voyez-vous le secteur du tourisme au Kosovo en 2021 ?

 Les points forts du tourisme kosovar sont les attractions naturelles, les infrastructures aériennes et routières, la nourriture et la vie sociale ainsi que les nombreuses activités que nous proposons. Mais en tant que communauté, nous devons travailler dur pour protéger l’environnement, notamment en améliorant la gestion des déchets, en augmentant la capacité d’hébergement, en construisant des attractions artificielles et en améliorant la qualité du service. Avant la pandémie de COVID-19, nous avions un petit secteur du tourisme, alors que pendant la pandémie, nous n’avions carrément pas de tourisme du tout. Désormais, l’amélioration de la situation créée par la pandémie est une bonne occasion de se remettre directement dans le tourisme écologique, responsable et individuel. Toutes les prévisions montrent que ce sera la nouvelle tendance touristique que le Kosovo a à offrir.

Au cours des dernières années, quelles ont été les collaborations ou les soutiens que ce secteur a reçus pour se développer et vivre des changements importants ? Pouvez-vous citer quelques activités ?

Le temps où le tourisme se développait à travers l’impression de quelques dépliants promotionnels avec des photos de nature et de belles personnes est révolu. Aujourd’hui, nous avons besoin d’une véritable coopération de toutes les parties qui travaillent ensemble pour atteindre les objectifs nationaux conformément à une stratégie nationale et conformément aux bonnes normes et expériences internationales. Malheureusement, les dirigeants du Kosovo n’affectent pas suffisamment de ressources et de ressources humaines, et ne montrent pas non plus d’engagement envers les questions liées au tourisme. Un petit bureau du ministère du Commerce et de l’Industrie chargé du développement et de la gestion du tourisme national est constamment surpeuplé et sans financement.

Heureusement, les organisations non gouvernementales étrangères, en particulier le projet PPSE de Swisscontact, ont été et continuent d’être extrêmement actives dans le développement du tourisme kosovar. PPSE a beaucoup investi dans la recherche, la formation, la supervision, le développement des produits et la formation du personnel, la numérisation et la promotion du tourisme kosovar.

Où voyez-vous le meilleur potentiel d’investissement?

Je souhaite à la diaspora kosovare un retour à l’envie d’investir sûrement, de façon rentable mais également responsables au Kosovo. Les investissements dans les infrastructures touristiques kosovares remplissent ces conditions. Je soulignerais ici les opportunités d’investissement dans l’hôtellerie, la gastronomie, les capacités d’hébergement en montagne, les parcs aventure, le e-commerce, le e-commerce, mais aussi dans le secteur comme centres d’appels et de services. Après 3 ans de développement et de tests, nous approchons maintenant avec la société de la fin de notre site fluturime.com, une agence entièrement digitalisée de réservation et de paiement en ligne de tous produits touristiques. Ce projet n’aurait pas été possible sans l’investissement étranger du copropriétaire de la société Besim Idrizi de New York qui a fourni les fonds nécessaires à la réalisation du projet malgré la pandémie et la situation aggravée du secteur du tourisme.

Il manque le soutien de l’état

Malheureusement, les dirigeants du Kosovo ne dédient pas suffisamment de moyens financiers et de ressources humaines, et ne démontrent pas non plus d’engagement envers les questions liées au tourisme. Un petit bureau du ministère du Commerce et de l’Industrie chargé du développement et de la gestion du tourisme national est constamment débordé et sans financement.

Place à la diaspora

Je souhaite à la diaspora kosovare un retour à l’envie d’investir sûrement, de façon rentable mais également responsables au Kosovo. Les investissements dans les infrastructures touristiques kosovares remplissent ces conditions. Je soulignerais ici les opportunités d’investissement dans l’hôtellerie, la gastronomie, les capacités d’hébergement en montagne, les parcs aventure, le e-commerce, le e-commerce, mais aussi dans le secteur comme centres d’appels et de services


Des nouvelles intéressantes du web