Opinion

Les Albanais paient jusqu’à deux fois plus

La comparaison des prix le confirme : les Albanais paient deux fois plus pour la même assurance voiture

Felix Zürcher désire faire assurer sa voiture “Škoda”. Il reçoit une offre d’Axa pour une prime annuelle de 686.25 francs. Ce n’est pas mal, pense Felix. Xherdan Berisha possède lui aussi une voiture “Škoda”. Il est moins satisfait avec le devis qu’il a reçu puisque Axa demande 59% de plus par rapport à l’assurance de Felix Zürcher. Pour la même auto, dans le même canton. Felix et Xherdan sont des noms fictifs. La différence de prix est quant à elle réelle. “Handelszeitung” a procédé à une comparaison des primes d’assurances et souligné un point important, discutable mais pas interdit en Suisse : les assurances proposent des primes qui souvent diffèrent sur la base de critères qui dans d’autres pays, comme l’Allemagne par exemple, seraient considérées comme discriminatoires. Au bureau des assurances, le pays d’origine des clients joue un rôle important pour la détermination du niveau des primes. Et ici, la conclusion est simple : il est difficile de trouver des assurés qui paient des primes autant élevées que les conducteurs d’origine kosovare. Les sociétés d’assurances justifient la discrimination des prix en se basant sur les statistiques et de ce point de vue, la discrimination peut, à raison, être considérée comme « correcte ». En effet, les clients au passeport albanais (Kosovo) coûtent en moyenne plus cher au niveau des dommages. L’autorité de surveillance du marché financier suisse, la Finma, porte un regard strict sur ce point, en ce qui concerne les chiffres des sociétés d’assurances. Il existe toutefois des critiques quant à cette façon d’évaluer. Selon Heinrich Schradin, expert en assurances à l’Université de Köln, il faut faire attention à ce que les relations statistiques ne se confondent pas avec les causalités. « Le passeport ne peut être la raison pour laquelle quelqu’un conduit mal. Cela voudrait dire que la façon de conduire change au moment il se munit du passeport d’un pays. » Donc, selon lui, cette discrimination basée simplement sur une statistique est inadmissible.
Actuellement, il ne semble pas que la différence de prix selon la nationalité puisse être interdite dans un futur proche. Les concurrents étrangers et les modèles d’assurances tels que Kasko2Go, qui se basent plus sur la façon de conduire que sur les traits personnels des (futurs) assurés, peuvent amener à une situation où la discrimination selon le passeport diminue. Tant que cela n’arrive pas, les Albanais devraient faire la bonne comparaison des primes d’assurances. Il est question de beaucoup d’argent.

A voir: https://www.handelszeitung.ch/unternehmen-old/die-faire-diskriminierung-bei-der-pramie

* Editorial écrit pour ce numéro spécial d’albinfo.ch


Des nouvelles intéressantes du web