Portrait des entreprises

Restaurant “Castello”, un goût albanais dans la tradition suisse

Vous êtes à Lausanne et vous avez faim ? Cherchez-vous quelque chose de différent, quelque chose de spécial et traditionnel de la région ? La solution : visitez le restaurant "Castello"

Le restaurant Castello, à 30 minutes de Lausanne, est situé dans un beau village touristique nommé Grandson. Ce village pittoresque est situé au bord du lac de Neuchâtel, à 4 km au nord d’Yverdon-les-Bains. Le village compte plusieurs maisons d’origine médiévale avec une architecture civile de la période tardive gothique.

Le château de la municipalité de Grandson est le deuxième plus grand de Suisse et se situe en plein centre du village. Il accueille environ 30 000 visiteurs chaque année.

Une nature calme et tout droit sortie d’un conte de fées, à laquelle s’ajoute l’hospitalité chaleureuse du restaurant Castello, par des professionnels qui attendent et accompagnent toujours les admirateurs de la pizza, avec une variété d’autres plats à base de viande, de pâtes et de légumes.

Mais qu’y a-t-il de si spécial dans ce restaurant ?

La spécialité du restaurant tenu par Valmir Kastrati et son épouse, Altina, ce sont les pizzas au four à bois, mais aussi la cuisine européenne qui se distingue de la tradition typique suisse.

Si l’on se réfère aux avis des clients, la cuisine italienne et suisse sont l’une des meilleures de la région. Le restaurant se positionne parfaitement dans la nature et le patrimoine culturel de la région.

Si vous vous rendez dans ce restaurant pour la première fois, vous devez absolument essayer les pizzas au feu de bois et parfaitement cuites, chaudes et remplies de saveurs délicieuses, avec une combinaison de viande, de légumes verts ou de différents types d’épices . Une autre proposition est la viande grillée avec ses goûts uniques mais le restaurant sert également plusieurs types de pâtes. En plus des desserts spéciaux qui caractérisent ce restaurant, on peut en outre goûter aux vins du canton, des vignobles français et italiens.

Interrogé sur l’idée de s’occuper de la gastronomie, Valmir déclare : “En général, j’ai toujours aimé la gastronomie, et dès que j’ai terminé certaines formations en cuisine, je n’ai jamais quitté ce métier, que je pratique aujourd’hui avec amour.”

Concernant son travail et celui de l’équipe du restaurant, M. Kastrati les décrit comme fatigants et beaux. Cela commence par l’ordre du jour en fonction des réservations fixées le matin, un plan de travail, puis par la préparation des produits alimentaires de la cuisine le matin, le ménage, les aménagements et ajustements éventuels, la sélection du menu et les caractéristiques de cuisson selon les exigences de la clientèle ».

Four à bois et spécialités préférées

Mais comment a-t-il appris à si bien cuisiner ? “Dans notre famille, la cuisine est une tradition. Je me suis donc intéressé à cette tradition depuis que je suis tout petit. Peut-être la génétique ou la bonne sensation que procure la cuisine avec des arômes ou des ingrédients, des secrets de recettes et l’envie de l’essayer. Puis, depuis que je suis venu en Suisse, j’ai pensé que cela devait être mon objectif. Comme beaucoup d’autres, j’ai eu la belle opportunité de pratiquer dans un restaurant italien. La cuisine italienne a une longue tradition et une variété de produits. Cela m’a attiré dès le début de débuter ma profession de cuisinier dans l’une de mes entreprises avec l’aide de ma femme Altina.

Concernant les spécialités de ce restaurant, Valmir précise que « en général nous avons la cuisson au four à bois, sans exclure d’autres possibilités. Le four à bois donne une saveur particulière aux aliments et a ses propres avantages en cuisine. Selon l’ordre du jour, il y a beaucoup de spécialités, mais nous avons “La portance” comme spécialité préférée. C’est une spécialité particulière.

Travailler dans un village touristique a ses spécificités, précise notre interlocuteur. “D’abord, travailler dans un restaurant demande une équipe et des relations régulières et fortes, notamment en cuisine, jusqu’à ce que le produit soit servi à table. Elle a ses risques et l’un des meilleurs avantages est de travailler avec sa famille. Je travaille aussi avec ma femme, Altina. Elle m’aide à garder l’attention quand les choses ne vont pas bien, elle est ma mémoire, mon organisation et mes conseils, elle est mon orientation principale sur la façon d’aborder la vague de travail, et bien sûr nous partageons les joies et les plaisirs ensemble.

La tradition suisse nous a soutenu dans notre cuisine car nous voulons aussi à la servir le plus possible, à approcher les goûts de la clientèle pour faire naturellement partie de notre restaurant. Pour les servir de manière à ce que ce soit leur maison. Nous voulons non seulement que cette clientèle augmente en quantité, mais que l’idée de venir dans ce restaurant laisse longtemps un goût et une arôme de cuisine à tout client de chaque nationalité qui peut s’essayer à la cuisine. Nous nous efforçons d’y parvenir.

Auteur de l’article : Zamira Bytyqi

Pour plus d’informations, rendez-nous visite :

Castello Grandson
Rue Jean-Lecomte 6
1422 Grandson

024 445 83 19

/Article sponsorisé/


Des nouvelles intéressantes du web