Développement

TIKA : nous n’avons rénové que sept mosquées

« Nous avons rénové les mosquées qui font partie du patrimoine culturel du Kosovo, pays qui ne possède pas de société de restaurations de bon niveau. Ce travail a été effectué avec le soutien du Ministère de la Culture et du BIK », a déclaré Fatih Abdi Ceti, coordinateur du bureau de l’organisation turque « TIKA » au Kosovo.

L’organisation gouvernementale turque « TIKA » qui est active au Kosovo depuis 2004, a déclaré avoir investi dans des centaines de projets de développement dans l’agriculture, l’éducation et la santé. Elle nie catégoriquement que les photos de Skënderbeg aient été supprimées de l’école à Prishtina.

« Grâce à « Tika », la Turquie a restauré sept mosquées au Kosovo, et sans aucune tendance à l’islamisation, mais uniquement en tant qu’objets du patrimoine culturel », ajoute M. Ceti.

Il a nié qu’en investissant dans les mosquées l’organisation impose des imams radicaux. « Nous ne sélectionnons pas les imams qui prêchent dans les mosquées. Ce travail est fait par le BIK », a-t-il déclaré.

Interrogé pour savoir si « Tika » a également renouvelé des Églises catholiques ou orthodoxes dans le cadre du patrimoine culturel au Kosovo, il a dit qu’ils ne sont pas spécialisés pour cela. « La Turquie a des experts de la restauration de biens culturels et bâtiments de la période ottomane », a-t-il répondu.

Ibrahim Rexhepi, expert en économie, affirme que les autorités du Kosovo doivent veiller à ces questions, notamment de comprendre les motivations derrière l’argent qui entre au Kosovo. « Quel sera l’effet sur le plan économique ou social ? Leurs investissements ont-ils lieu en une conformité totale avec les lois ? Quelle est l’origine de l’argent ? S’agit-il de blanchiment d’argent ? Peut-être que leur but est de construire des structures de financement qui pourraient se révéler dangereuses pour le pays plus tard. » Ce sont quelques-unes des questions que, selon Rexhepi, les autorités et l’État doivent se poser.

Ce n’est qu’ainsi, dit-il, que l’on saura définitivement s’il y a des investissements qui ne sont pas en conformité avec les exigences, les besoins et les lois du pays.

« Si le gouvernement n’est pas attentif, ce ne sera pas la faute de Gülen, ou d’Erdogan. Néanmoins, les structures économiques (i.e. les fondations) qu’ils possèdent n’ont pas été interdites à l’étranger, et n’ont pas été désignées comme étant des menaces (de terrorisme). Donc, si le gouvernement fait son travail de surveillance, alors le peuple Kosovar n’a pas besoin de se faire de soucis quant à l’origine de cet argent », a déclaré Rexhepi.