Thématique

A Genève, le premier Forum mondial sur les réfugiés rassemble tous les acteurs décidés à trouver des solutions communes

C’est dans cette optique que les Etats membres des Nations Unies ont adopté, en décembre 2018, le Pacte mondial sur les réfugiés, qui fixe leur volonté et des objectifs pour faire face à la situation

Le conseiller fédéral Ignazio Cassis a ouvert le Forum Global sur les Réfugiés avec le secrétaire général des Nations Unies Antonio Guterres et le Haut-Commissaire de l’ONU pour les réfugiés Filippo Grandi. Le forum, qui se tient le 17 et 18 décembre au Palais des Nations à Genève, a pour but de trouver des solutions communes pour répondre aux besoins des réfugiés et des communautés qui les accueillent.

Le monde compte aujourd’hui plus de 70 millions de réfugiés et de personnes déplacées à l’intérieur de leur pays, un nombre qui n’a jamais été aussi élevé depuis la Seconde Guerre mondiale et qui ne cesse de croître. Devant l’ampleur du phénomène, il est impératif que la communauté internationale agisse de concert. Aucun État ne peut relever seul ce défi. C’est dans cette optique que les Etats membres des Nations Unies ont adopté, en décembre 2018, le Pacte mondial sur les réfugiés, qui fixe leur volonté et des objectifs pour faire face à la situation.

Le Forum mondial sur les réfugiés a été organisé à sa suite, afin de donner un tour concret au pacte et de voir se former des engagements solides de tous les acteurs qui sont impliqués – les Etats bien sûr, mais aussi les organisations internationales, les autorités locales, les organisations non-gouvernementales, le secteur privé, et surtout les premiers concernés, les réfugiés eux-mêmes et leurs communautés d’accueil, qui ont été conviés à participer à l’événement. Premier du genre, le forum est mis sur pied pour servir de plateforme d’échange afin de pouvoir nouer des partenariats et de proposer des solutions novatrices aux défis croissants auxquels sont confrontés les réfugiés et les populations qui les accueillent.

«L’occasion nous est donnée ici de mettre à profit ce forum pour passer des paroles du Pacte aux actes», a invité Ignazio Cassis lors de l’ouverture du forum, dont la Suisse est l’hôte avec le Haut-Commissariat de l’ONU pour les réfugiés (HCR). Le chef des affaires étrangères a relevé que la protection des réfugiés a une très longue histoire en Suisse. Avec la Genève internationale et les Conventions de Genève, dont nous avons commémoré cette année les 70 ans, la Suisse est la capitale mondiale de l’humanitaire et des droits de l’homme. Les villes, les cantons, les milieux académiques, le secteur privé ou les organisations non-gouvernementales contribuent aussi à renforcer cette tradition. Ils jouent par exemple un rôle clé dans l’intégration des réfugiés ici en Suisse, comme l’illustrent le projet FOGO de la ville de Zurich pour un espace associant des petites entreprises ainsi que des initiatives gastronomiques, culturelles et éducatives ou SINGA, une structure associative à Zurich et à Genève destinée à aider des personnes réfugiées et issues de la migration qui souhaitent créer une start-up.

La Suisse a défini trois domaines prioritaires dans lesquels elle dirige son action: La protection des personnes déplacées, d’abord, étant donné que plus de 80% des réfugiés restent dans leur région d’origine. Puis la promotion de l’autonomie et l’intégration des réfugiés dans leurs pays de premier accueil. Un défi majeur auquel sont confrontés les réfugiés concerne l’accès à l’éducation – moins de la moitié des enfants réfugiés dans le monde terminent leur scolarité obligatoire. La prévention, enfin, à la fois par la promotion du respect du droit international humanitaire, la promotion de la paix, la coopération au développement et par la mise en œuvre de l’Agenda 2030, avec l’objectif de remédier aux causes profondes qui poussent des personnes et des populations à fuir leur pays pour se mettre à l’abri de la menace ou de persécutions.


Des nouvelles intéressantes du web