Thématique

Conseil des droits de l’homme : la Suisse œuvre pour les droits des femmes

47e session du Conseil des droits de l’homme (CDH) s’est terminée aujourd’hui. Du 21 juin au 13 juillet, Genève aura servi de cadre virtuel aux travaux intenses du CDH. Les droits des femmes et l’égalité des genres ont fait l’objet d’une attention particulière, avec un accent sur la lutte contre la violence à l’encontre des femmes et des filles

La session d’été du CDH se concentre traditionnellement sur les droits des femmes. La Suisse a été particulièrement active dans ce domaine et a soutenu la résolution visant à éliminer la violence à l’égard des femmes et des filles handicapées. La Suisse a également contribué aux discussions portant sur la reprise égalitaire suite au COVID-19 et sur la prévention de la mutilation génitale. Elle a de plus adhéré à un groupe d’Etats visant à soutenir la lutte contre la violence et la discrimination fondées sur l’orientation sexuelle et l’identité de genre.

Le dialogue annuel avec la Haute-Commissaire aux droits de l’homme, Michelle Bachelet, a notamment permis à la Suisse d’exprimer ses préoccupations quant aux restrictions grandissantes à l’égard des droits aux libertés d’expression, de réunion pacifique et d’association à travers le monde. La Suisse a dénoncé les arrestations de journalistes, la criminalisation d’organisations de la société civile et l’usage excessif de la force lors de manifestations.

A l’occasion du dixième anniversaire des Principes directeurs de l’ONU relatifs aux entreprises et aux droits de l’homme, la Suisse s’est exprimée sur les progrès réalisés dans leur mise en œuvre, notamment l’élaboration de guides pratiques à destination des entreprises, réalisés en collaboration avec le secteur privé. La Suisse a appelé à renouveler d’efforts dans ce domaine et à renforcer la collaboration entre Etats et entreprises afin d’aboutir à une meilleure reconnaissance et mise en œuvre des droits de l’homme.

La Suisse a également accordé une attention particulière aux discussions sur la situation des droits de l’homme dans divers pays. Concernant le Bélarus par exemple, la Suisse a soutenu une résolution renouvelant le mandat de la Rapporteuse spéciale et appelant les autorités à la libération immédiate et inconditionnelle de toutes les personnes détenues arbitrairement, notamment les journalistes et défenseurs et défenseuses des droits de l’homme. La Suisse s’est aussi associée à la nouvelle résolution portant sur la situation au Tigré (Ethiopie), ainsi qu’à d’autres résolutions (Erythrée, Syrie, Ukraine).
Aux côtés d’une quarantaine d’Etats, la Suisse a soutenu une déclaration commune, initiée par le Canada, appelant les autorités chinoises à respecter leurs obligations en matière de droits de l’homme dans la région autonome ouïgoure du Xinjiang, à Hong Kong et au Tibet. La Suisse s’est aussi associée à d’autres déclarations communes sur la situation des droits de l’homme au Bélarus, en Irak, au Nicaragua et au Venezuela.

La Suisse a contribué, en collaboration avec d’autres Etats et organisations de la société civile, à la tenue de plusieurs événements en marge de la session. Un premier événement sur les droits de l’homme à l’ère numérique, organisé par la Suisse et le Liechtenstein, a mis en évidence la nécessité d’une coopération accrue entre les États, les entreprises de médias sociaux et de technologie ainsi que la société civile pour élaborer des réponses adéquates aux défis actuels. En outre, la Suisse a co-organisé un événement soulignant l’importance de renforcer le système onusien des droits de l’homme afin de prévenir la détention arbitraire liée aux politiques de drogues. La Suisse a finalement organisé avec ses partenaires un évènement visant à discuter de l’usage excessif de la force dans le cadre de manifestations pendant la pandémie de COVID-19.


Des nouvelles intéressantes du web