Thématique

Coronavirus : la Confédération et les cantons lancent la Semaine nationale de la vaccination

La Semaine nationale de la vaccination vise à informer le plus grand nombre de personnes possible des avantages de la vaccination. Sous la devise « Sortir ensemble de la pandémie », elle doit souligner l’importante plus-value pour la société que représente la vaccination

La vaccination reste le moyen le plus efficace de mettre fin à la pandémie en Suisse. C’est pourquoi la Confédération et les cantons lancent une offensive vaccinale pour informer le plus grand nombre de personnes possible des avantages de la vaccination. Sous la devise « Sortir ensemble de la pandémie », ils organisent une Semaine nationale de la vaccination du 8 au 14 novembre 2021. Par ailleurs, des unités mobiles de vaccination supplémentaires sillonneront la Suisse ces prochaines semaines pour faciliter l’accès à la vaccination. Enfin, des conseillers fourniront des informations sur la vaccination à toute personne qui le souhaite.

L’offensive vaccinale bénéficie d’un large soutien et doit atteindre l’ensemble de la population. La Confédération, les cantons et de nombreuses associations et organisations travaillent d’arrache-pied pour mettre en œuvre cette offensive, qui comprend trois volets : une Semaine nationale de la vaccination, des unités mobiles de conseil et de vaccination supplémentaires et des offres d’information personnalisées.

« Sortir ensemble de la pandémie » : Semaine nationale de la vaccination du 8 au 14 novembre

La Semaine nationale de la vaccination vise à informer le plus grand nombre de personnes possible des avantages de la vaccination. Sous la devise « Sortir ensemble de la pandémie », elle doit souligner l’importante plus-value pour la société que représente la vaccination. Tous les cantons ainsi que de nombreuses associations et organisations proposeront des événements – par exemple, une nuit de la vaccination ou l’intervention en direct sur Internet de spécialistes – où tout un chacun pourra se faire conseiller ou vacciner facilement. Des informations fiables et compréhensibles seront présentées en plusieurs langues, notamment sur l’efficacité, la sécurité ou les effets secondaires des vaccins, sur les risques d’une infection ou sur les possibilités de se faire vacciner.

À partir du 7 novembre, plus de 80 personnalités du monde du sport, de la culture, de l’économie et de la politique s’engageront via des annonces dans la presse en faveur de la vaccination. Le site Internet semainevaccination.ch propose des informations sur la Semaine nationale et les vaccins contre le COVID-19 ainsi que des liens vers les événements organisés dans les cantons.

Durant toute cette semaine se tiendra également la tournée d’information et de concerts Back on tour, qui s’arrêtera à Thoune (8.11), Lausanne (9.11.), Sion (10.11.), Saint-Gall (12.11.) et Lucerne (13.11.). Les concerts seront donnés par Stefanie Heinzmann, Danitsa, Stress, Dabu et Kunz, avec Baschi, Anna Rossinelli et Sophie Hunger comme invités de marque. Le président de la Confédération Guy Parmelin donnera le coup d’envoi de cette tournée le 8 novembre sur la Place fédérale, à Berne. Toutes les personnes présentes à ces concerts pourront obtenir des conseils sur la vaccination et se faire vacciner sur place. La capacité maximale est limitée à 500 personnes. Les concerts se dérouleront en plein air et il n’y aura pas d’obligation de présenter un certificat COVID. Des billets gratuits sont disponibles dès à présent sur le site web de la Semaine de la vaccination.

Unités mobiles de conseil et de vaccination supplémentaires

De nombreuses unités mobiles de conseil et de vaccination, comme des bus de vaccination, sillonneront le pays durant la Semaine de la vaccination et les semaines suivantes. Cela permettra aux personnes qui ne sont pas encore vaccinées de s’informer facilement et éventuellement de se faire vacciner dans la foulée. Les personnes qui sont encore indécises pourront recevoir des conseils personnalisés.

Des conseillers les aideront également à trouver un centre de vaccination, à contacter un médecin ou à faire appel à un traducteur. Le nombre d’unités mobiles supplémentaires et de conseillers qui seront engagés sur le terrain ces prochaines semaines n’est pas encore connu, tous les cantons n’ayant pas encore présenté leurs projets.

Coût maximal de 96 millions de francs

L’offensive vaccinale coûtera à la Confédération 96 millions de francs au maximum. À titre de comparaison, la gratuité des tests pour l’obtention d’un certificat COVID coûtait jusqu’à 50 millions de francs par semaine. Un taux de vaccination élevé garantit en outre des avantages économiques et sanitaires importants : en moyenne, 50 vaccinations permettent d’éviter une hospitalisation et 150 vaccinations, l’occupation d’un lit en soins intensifs. Par ailleurs, éviter des fermetures permet aussi d’empêcher d’autres pertes financières, surtout dans certains secteurs économiques tels que la restauration et l’hôtellerie, les centres de fitness ou l’industrie du divertissement.

Faible couverture vaccinale

Par comparaison avec d’autres pays européens, la couverture vaccinale de la Suisse est relativement basse, avec 73% de personnes de plus de 12 ans complètement vaccinées. Pour la Confédération et les cantons, la vaccination reste le moyen le plus efficace et le plus rapide pour sortir de la pandémie de COVID-19. Une couverture vaccinale nettement plus élevée est nécessaire pour assurer une immunisation suffisante de la population, la protéger contre les formes graves de la maladie et empêcher une surcharge du système de santé. D’après les connaissances actuelles, avec le variant Delta et sans compter les personnes déjà guéries, il faut atteindre un taux de vaccination d’environ 93% chez les personnes de plus de 65 ans et de 80% chez celles de 18 à 65 ans.

Situation épidémiologique fragile

La situation épidémiologique reste fragile. Le taux de vaccination actuel est trop bas et le rythme de vaccination trop faible pour prévenir une autre vague importante d’infections pendant l’hiver. Après une baisse du nombre de cas ces dernières semaines, la tendance repart à la hausse. Compte tenu des températures en baisse, de la fin des vacances d’automne, de la couverture vaccinale toujours insuffisante et de la contagiosité accrue du variant Delta, cette évolution était prévisible. Il n’est pas possible de prévoir avec précision l’ampleur et la vitesse de la hausse des hospitalisations ces prochaines semaines. Toutefois, l’augmentation du nombre de cas devrait se répercuter sur le nombre d’admissions à l’hôpital et sur les capacités des unités de soins intensifs.


Des nouvelles intéressantes du web