Opinion

La diaspora albanaise 4.0

Nous assistons à présent à l'exil albanais 4.0, qui correspond respectivement au phénomène de la nouvelle migration albanaise des États membres de l'Union européenne vers la Suisse. Des accords bilatéraux permettant aux Suisses et aux Européens de travailler et de se déplacer librement dans les pays respectifs

L’histoire de la migration albanaise, en particulier en Suisse, a été très peu étudiée, pour ne pas dire du tout, alors que nous sommes à l’affût de développements entièrement nouveaux sur ce plan, avec le phénomène du nouvel exil de personnes d’origine albanaise possédant la nationalité de pays occidentaux, vers la Suisse. Il convient de noter que le passé de la diaspora albanaise devrait être documenté avec des méthodes scientifiques sérieuses. Ce travail ne doit pas être laissé à des amateurs. Le passé, s’il est exploré avec une véritable approche historique, nous permet d’éclairer les changements migratoires albanais actuels. Ces derniers sont un objet fort intéressant pour de nombreux chercheurs, des historiens des migrations, de sociologues, des anthropologues, des linguistes et, pourquoi pas, des ethnologues issus de la diaspora albanaise et éduqués dans l’esprit de l’exploration scientifique occidentale.

En fait, il convient de rappeler que la migration des Albanais vers la Suisse remonte à plus d’un demi-siècle, après trois vagues historiques successives. Il n’est pas rare de rencontrer des personnes de première génération qui ont émigré en Suisse dans les années soixante, respectivement après l’accord conclu entre la Suisse et l’ex-Yougoslavie, afin de permettre l’emploi de ses ressortissants yougoslaves, en particulier en provenance des régions pauvres et frappés de chômage, dans les secteurs de l’agriculture, de la construction et de l’hôtellerie helvétique. Au cours des années 1980, la deuxième vague d’émigration albanaise en Suisse – dans la grande majorité liée à des motifs économiques – consistait essentiellement en de jeunes hommes qui faisaient de grands sacrifices personnels pour changer la réalité socio-économique de leur famille (élargie) dans le pays d’origine. Ces gasterbeiter ont travaillé et vécu en Suisse, d’abord avec le statut saisonnier « A », puis après quatre ans, ils ont pu obtenir le droit de séjour « B » jusqu’à leur établissement et leur réunification familiale. Ce dernier phénomène, avec la vague de demandeurs d’asile albanais et de réfugiés qui ont fui la guerre pour se réfugier en Suisse, constitue la troisième vague de migration albanaise en Suisse. Cette dernière vague a eu un impact considérable sur la croissance importante et rapide de la population albanaise en Suisse.

Nous assistons à présent à l’exil albanais 4.0, qui correspond respectivement au phénomène de la nouvelle migration albanaise des États membres de l’Union européenne vers la Suisse. Des accords bilatéraux permettant aux Suisses et aux Européens de travailler et de se déplacer librement dans les pays respectifs. Ce changement permet également aux Albanais, citoyens européens, de choisir de continuer leur vie dans d’autres pays, en l’occurrence en Suisse, de bénéficier davantage de la qualité de vie mais aussi des possibilités socioprofessionnelles offertes par la Suisse, et pourquoi pas, pour se rapprocher de leurs proches en Suisse. Bien entendu, il faut espérer que leur leitmotiv sera celui de s’intégrer dans le tissu socioéconomique suisse. Ce nouvel afflux aura forcément des conséquences pour la structure démographique albanaise en Suisse, mais également sur le plan de nouveaux réseaux intercommunautaires qui se constitueront. Avec les liens qui s’intensifient entre les pays d’Europe, peut-être qu’un jour les pays d’origine des migrants albanais seront également inclus dans la même dynamique de libre circulation. Mais bien sûr, cela n’arrivera pas demain. Les raisons nous les connaissons tous.

L’équipe de rédaction d’Albinfo consacre ce numéro à la compréhension de cette migration albanaise 4.0 à l’aide de l’analyse et des données fournies par Blerim Shabani, suivies d’une série de portraits et de témoignages d’Albanais ayant choisi la Suisse pour s’y installer avec leurs familles.

Bonne lecture!